"Le bleu est une couleur chaude", une BD très émouvante sur l'homosexualité féminine

Publié dans Culture – Livres

Dans Le bleu est une couleur chaude, Julie Maroh raconte avec beaucoup de justesse une émouvante histoire d'amour entre deux femmes. Un roman graphique à découvrir absolument...avant la sortie prochaine de l'adaptation au cinéma d'Abdellatif Kechiche!

 

 P1130261 blog

Quatrième de couverture:

P1130259 petit copie

 ---

L'auteur:

Originaire du Nord de la France, Julie Maroh signe son premier album après avoir suivi les cours de l'Institut Saint-Luc à Bruxelles où elle réside désormais. Après avoir réalisé en auto-édition trois recueils d'histoires intimistes, elle aborde en un long récit de 152 pages une histoire sensible et attachante sur le thème de l'homosexualité féminine et de son acceptation dans la société d’aujourd'hui. Ce livre, qui lui tient à cœur depuis plusieurs années, a connu un incroyable accueil de la part des libraires, de la presse, mais surtout du public, puisqu'elle a reçu le prix du public FNAC-SNCF au Festival International de la BD d'Angoulême en 2011 (source: www.glenatbd.com).
 
P1130256 blog
---
Mon avis:
 
C'est suite à un commentaire laissé sur le blog (merci Jakito!) que j'ai été emprunter Le bleu est une couleur chaude à la bibliothèque. Je l'ai lu d'une traite et j'ai refermé l'album les yeux embués. En effet cette histoire, triste et émouvante, ne laisse pas indifférent. Que l'on soit homme ou femme, homo ou hétéro, on a tous envie de vivre une histoire d'amour comme celle-ci!
 
Le procédé narratif choisi, à savoir la lecture d'un journal, est judicieux. Les dessins sont beaux et originaux, à l'image des éclairs dans le ventre ou du sol qui s'écroule sous les pieds du personnage pour montrer ce qu'il ressent. Le présent est représenté en couleur mais la majorité des cases est en noir et blanc avec du bleu pour seule couleur, celle de l'amour. Le seul petit bémol à signaler concerne les fautes d'orthographe, car j'en ai relevé plusieurs au cours de ma lecture ("pillule" page 87, "paummée" page 101)... Dommage!
 
P1130253 blog
 
Julie Maroh s'est inspirée de son propre vécu (voir cette interview de planetebd.com) pour traiter le thème de l'homosexualité féminine. La bande dessinée montre bien qu'on ne choisit pas de qui on tombe amoureux ("Vous n'avez qu'à lui dire que si j'avais été un garçon, Clem serait tombée amoureuse de moi quand même", page 14). Le désir et le sexe entre femmes sont abordés de manière naturelle et sans tabou, mais on voit bien qu'être homosexuel aujourd'hui est encore très compliqué (d'autant que l'histoire se passe à Lille et non pas à Paris, où c'est peut-être plus "accepté").
 
Au fil des pages, on réalise combien il est difficile:
  1. D'accepter soi-même son homosexualité (on refoule au début, donc on est malheureux et on peut devenir violent et agressif, on fait les choses "pour faire comme on nous a appris", ce qui est contre nature)
  2. De s'affranchir du regard des autres, qui ne comprennent pas toujours
  3. De l'annoncer à son entourage (famille, amis) par peur des réactions
  4. De s'épanouir dans une relation homosexuelle car tout est plus compliqué (mariage, enfants...)

On peut souhaiter que ce parcours du combattant ne soit bientôt plus qu'un lointain souvenir. En attendant, je vous recommande chaudement (c'est le cas de le dire) cette superbe BD!

--- 
A noter que Le bleu est une couleur chaude sera prochainement adapté au cinéma par Abdellatif Kechiche. Au casting figurera entre autres l'actrice Léa Seydoux, que l'on voit sur l'affiche du film ci-dessous. Plus d'infos ici
 
Le Bleu affiche
---
Et vous, êtes-vous tentés par cette BD et/ou ce film?
N'oubliez pas que vous pouvez gagner ici trois exemplaires du Livre de Poche Comment garder le moral (même par temps de crises)!
 
Comment garder le moral
Commenter cet article

mydiscoveries 17/04/2013 16:42

Merci d'être revenue donner ton avis Adeline! Ca ne m'étonne pas que tu aies aimé et je suis bien d'accord avec ton message...
Vivement le film, gros bisous!

Adeline 17/04/2013 16:39

Cette BD m'a été offerte à Noël et ton article m'a rappelé que je ne l'avais pas encore lue... contrairement à Jakito
C'est fait! J'ai beaucoup aimé, surtout le fin! L'émotion y est palpable, pour ne pas dire contagieuse!
Oui, je pense qu'il est difficile de vivre son homosexualité au grand jour dans notre société puisque beaucoup de personnes ont encore des préjugés sur la sexualité d'autrui! C'est triste surtout qu'il ne s'agit là que d'amour la plus belle chose qui soit!
J'attends à présent de voir le film...
Bises

mydiscoveries 16/04/2013 22:20

C'est après avoir lu le commentaire de Jakito que je suis allée emprunter la BD à la bibliothèque, mais c'est vrai que le soir même je suis tombée sur ton article qui en faisait aussi l'éloge!
Je ne savais pas pour Cannes, affaire à suivre...

filou49 16/04/2013 22:07

comment ca? c'est grace à jakito et non pas mon article sur cette BD qui t'a donné envie de lire cette bd? ) non si je me souviens bien tu avais emprunté cette BD le jour meme où je l'ai chroniqué, splendide hasard comme dirait l'autre... le film de Kechiche est toujours pressenti pour figurer dans la sélection cannoise...à voir...

mydiscoveries 16/04/2013 15:26

Cela fait seulement quelques mois que je m'intéresse aux BDs, mais j'y prends goût car j'y fais de très belles découvertes! Cela dit le film sera sûrement très bien aussi, j'ai hâte de le voir!

mydiscoveries 16/04/2013 15:24

Bienvenue ici Elinor, et merci pour ton témoignage!

matchingpoints 16/04/2013 13:44

Comme nous ne sommes pas amateurs de BD, nous serons plutôt tentées par le film.

Elinor Bergamote 16/04/2013 12:08

J'ai lu cette BD il y a quelques mois déjà et j'avais aussi été émue par cette belle histoire.

mydiscoveries 16/04/2013 08:35

Merci d'être revenue par ici, ton avis est intéressant puisque très différent du mien!

Le fait d'être touché ou pas est très personnel et dépend de la sensibilité de chacun.

Par contre, on est d'accord concernant les fautes d'orthographe. Comme je le signalais dans le billet, elles m'ont fait mal aux yeux aussi et enlèvent indéniablement du plaisir à la lecture...

Dame ribambelle 15/04/2013 22:24

Bon, je reviens à la charge car je l'ai lu et je n'ai pas du tout été touchée par le texte et encore moins par le graphisme. Pour ce qui concerne le texte, l'auteur nous décrit ce que l'héroïne ressent, la réaction de ses parents, la relation avec son amie, ses amis... Je trouve que tout se passe très vite, que l'on n'a pas le temps de s'attacher à quoique ce soit et rien ne m'a émue. Concernant le graphisme, j'ai dû revenir sur certaines pages peu après avoir commencé à lire car je ne reconnaissais pas l'héroïne au fur et à mesure des bulles. Je ne l'ai pas trouvée assez caractéristique pour l'identifier tout au long de l'ouvrage.

Et alors, et surtout : LES FAUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUTES. J'écris en gros, car ça me gonfle toutes ces FAUTES ! Je n'en peux plus d'en trouver dans des livres.

Déjà, je voudrais dire à l'auteur que "pilule" ne prend pas trois L mais deux L. Donc quand je vois PILLULE ça m'arrache les yeux et la PILULE est aussi efficace que la PILLULE (enfin je dis ça mais je ne la prends pas).

Ensuite : "soi-disant" ne s'écrit pas "soit-disant".

Enfin quand je lis "si je voulais que l'on se voit", là aussi ça fait mal à mes yeux bleus. Car, comme je dirais "si je voulais que l'on aille à la piscine" et non "si je voulais que l'on va à la piscine", j'écrirais donc "si je voulais que l'on se voie" et non "si je voulais que l'on se voit".

Je ne suis pas prof de français mais je ne pense pas me tromper.