"A la une du New York Times": Internet va-t-il bientôt tuer les journaux?

Publié dans Culture – Ciné

Vendredi soir j'ai assisté à la projection du documentaire "Page One: Inside the New York Times" ("A la une du New York Times") à l'Arnolfini, dans le cadre du Bristol Festival of Ideas. Evidemment très intéressée par ce documentaire qui illustre l'avenir d'un journalisme en plein déclin, je suis ressortie vraiment inquiète... Quel avenir pour les journaux? Internet va-t-il vraiment les "tuer"?



Film NY Times affiche frDocumentaire américain de 1h28min (2011) réalisé par Andrew Rossi avec David Carr, Brian Stelter, Bill Keller... 
Sorti le 23 septembre 2011 en Angleterre et le 23 novembre 2011 en France
.

Synopsis: En 1896, le New York Times adopte le slogan "Toutes les informations se doivent d’être imprimées". Aujourd’hui, Twitter et WikiLeaks bouleversent la diffusion des informations. La multiplication des blogs et la diminution conséquente des achats d’espaces publicitaires menacent la pérennité de la presse écrite. "A la une du New York Times" capte l’univers d’un journal qui tente de préserver son avenir. Brûlant d'actualité, ce documentaire pose un regard franc et direct sur une situation inquiétante et s’intéresse aux fondements du journalisme. La presse écrite va-t-elle résister face au rouleau compresseur Internet? (source allocine.fr).

---

 Voici la bande-annonce:

 ---

Le saviez-vous?

  • Le journal du New York Times compte plus de 1200 journalistes et a obtenu plus de 90 prix Pulitzer décernés par l'Université de Columbia. Véritable référence du journalisme aux Etats-Unis, le quotidien a été créé le 18 septembre 1851 par Henry Jarvis Raymond et Georges Jones. Il compte aujourd'hui plus d'un million d'abonnés.
  • Bien que le réalisateur suivait chaque jour de tournage des membres de la rédaction, le New York Times n’a eu aucun droit de regard sur le documentaire d'Andrew Rossi.
  • Pendant les 14 mois de tournage, Andrew Rossi, qui travaillait quasiment seul, ne prévoyait pas ce qu'il allait filmer: "Chaque matin, je projetais de suivre quelqu’un, sans trop savoir ce que nous allions filmer. Aller en salle de rédaction avec un perchman, un producteur scrutant le moniteur aurait perturbé l’intimité. J’ai dû gagner la confiance des journalistes", nous confie-t-il. Il a fallu des mois pour qu'il puisse également filmer les réunions où sont choisis les sujets qui vont faire la "Une".
  • Il était important pour Andrew Rossi d’avoir différents points de vue de spécialistes décrivant comment, dans un grand journal national, les journalistes cherchent des informations et effectuent des choix éditoriaux. C'est pourquoi il a suivi des universitaires, observateurs, et journalistes de différentes spécialités.
  • "A la une du New York Times" a obtenu plusieurs nominations dans les festivals, notamment au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011 et au Sundance Film Festival 2011.

Source: allocine.fr

 ---

Film NY Times affiche ukMon avis: quelle coïncidence de voir ce film une semaine avant de m'envoler justement pour New-York! Cela dit, ce documentaire a certes suivi des journalistes du New-York Times, mais je pense que la situation est la même au Times ou encore au Monde. La presse écrite va mal, ce n'est un secret pour personne. Les revenus publicitaires se sont envolés et la compétition s'amplifie chaque jour davantage avec les sites d'information qui pullulent sur le net, mais également les blogs ou les nouveaux moyens de communication comme Twitter. Les conditions de travail se sont aussi détériorées dans le sens où il faut aller toujours plus vite pour "sortir" une affaire...et dans cette course folle personne n'est à l'abri d'une erreur.

Si tout ça n'est pas nouveau, j'ai pris conscience en regardant ce film que les journaux allaient peut-être vraiment disparaître. Je veux dire VRAIMENT. Et bientôt. Peut-être demain. Certains ont déjà mis la clé sous la porte, d'autres ont licencié à tour de bras, et à vrai dire je ne vois pas bien comment ceux qui survivent encore vont pouvoir résister...

Pourtant nous sommes nombreux à aimer lire le journal, sentir l'odeur du papier et nous retrouver avec de l'encre plein les doigts! Il m'arrive d'annoter ou de déchirer les pages qui m'intéressent, je garde même parfois des articles marquants. Mais je ne l'achète pas tous les jours, car c'est une activité que j'associe avec le fait de prendre le temps. Je peux passer des heures au café le dimanche après-midi avec la presse du week-end... A contrario je ne retiens pas les infos que je lis sur internet. Ca va trop vite, il y en a trop...

Pour en revenir à ce documentaire, il m'a rendue triste car je ne veux pas que les journaux disparaissent mais je me sens impuissante. En général j'essaie de voir la vie du bon côté, mais là je dois avouer que je ne vois pas ce qui pourra les sauver...

---

Et vous, ça vous ferait quoi si les journaux disparaissaient?

Commenter cet article

My discoveries 22/03/2012 22:26

@ Elisabeth: J-2! ;o)
@ Joelle: décidément il faut vraiment que je me procure XXI! ;o) La PQR semble moins inquiétée pour le moment car les gens sont toujours intéressés par les infos de proximité. En revanche, ce documentaire m'a vraiment fait peur concernant les grands quotidiens... Merci en tout cas d'avoir pris le temps de laisser ce message et bonne fin de semaine Joelle!
@ Ines: merci pour ton message Ines! Comme je le disais à Joelle, les quotidiens régionaux résisteraient mieux que que les grands quotidiens, très atteints par la perte des revenus publicitaires... Car heureusement, il y a toujours un lectorat ;o) A suivre comme tu dis...
@ lalydo: ah tu ne lis pas trop la presse? Remarque, tu as déjà fort à faire avec tes livres en ce moment ;o) Eh oui, tout ça n'est pas très gai, mais je te souhaite aussi une très bonne fin de semaine!
@ 100driiine: "A la une du New York Times" sort justement en DVD en France le 3 avril prochain! Tu peux par exemple le précommander sur Amazon (16 euros): http://www.amazon.fr/une-du-New-York-Times/dp/B006YZ9UGA. Sinon tu peux peut-être le louer? Je n'ai pas d'ipad, je n'ai même pas de smartphone, je ne retiens pas les infos que je lis en ligne...
Malheureusement ta dernière phrase reste sans réponse à l'issue du documentaire, et c'est bien ce qui me fait peur!
@ romainparis: merci beaucoup pour ce commentaire très complet et très pertinent! En effet toutes les raisons que tu cites contribuent au déclin des journaux (bien que comme tu dis, la PQR semble résister un peu mieux), mais je n'arrive pas à me faire à l'idée de leur disparition. Et même si je suis la première à reconnaître qu'internet est une invention géniale, je suis d'accord avec ta conclusion...
@ llse: oui, j'espère vraiment qu'on n'en arrivera pas là...
@ Laurie: ahh, je savais que je pouvais compter sur toi! Tu peux regarder ma réponse à 100driiine pour le documentaire, il sort bientôt en DVD ;o)
@ filou49: ah oui? Voilà une bonne nouvelle, merci de me remonter le moral Filou ;o)
@ Clochette: bienvenue au club Clochette! ;o)

Clochette 20/03/2012 07:11

Moi non plus je ne veux pas que les journaux disparaissent, je ne veux pas non plus que les livres disparaissent, j'aime lire sur du papier, j'aime avoir les doigts noircis par l'encre, j'aime galérer pour tourner les pages bref ce serait vraiment terrible d'autant que sur internet on trouve vraiment tout et n'importe quoi!

filou49 20/03/2012 06:57

moi aussi qd je lis ce genre d'articles ca me déprime un peu car je me sens impuissant...pour ma part hier j'ai lu un article disant qu'en france la presse quotidienne avait un peu remonté ses ventes...pt etre un vent d'espoir?

Laurie 19/03/2012 20:44

Comme tu le dis très bien, nombreux sont ceux qui sont attachés aux journaux papier et j'en fais partie. Jai beaucoup de mal à lire un journal de A a Z sur Internet, je me contente uniquement de l'essentiel ... donc c'est très triste effectivment. Le documentaire que tu mentionnes m'interesse beaucoup, je vais essayer de le trouver !

Ilse 19/03/2012 19:30

Je serais très triste comme toi si les journaux disparaissaient, ces articles de qualité, le travail qu'effectuent les journalistes pour nous informer au mieux.

romainparis 19/03/2012 11:20

Je me souviens parfaitement lors de mes années collège, ce qu'un prof nous disait. En France, (la presse écrite quotidienne allait déjà vers le declin), qu'à terme il ne resterait que 2 ou 3 grands titres nationaux + une presse régionale. Internet s'était pas encore connu (Milieu des années 90).
En France, nous avons de nombreux journaux qui ont disparu, je pense au quotidien de paris, Info Matin, La Truffe, aujourd'hui France Soir...

Le constat est simple:

1 - Des journaux gratuits, distribués dans le metro, lieux public comme 20 minutes, metro ou direct matin/soir...

2 - Les chaînes TV info, qui étaient auparavant uniquement sur le câble, sont aujourd'hui sur la TNT donc accessibles à tous et 24/24

3 - Bien entendu internet, une information en directe comme avec twitter (on peut reprendre l'affaire DSK avec le twitt ).

Alors, bien que je préfère aussi lire un journal version papier, il faut se rendre à l'évidence que le moyen est dépassé aujourd'hui. Ce qui peut encore sauver les choses, est une presse "régionale", c'est à dire une information de proximité, départementale, locale, comme Le Parisien et ses éditions départementales. Bien qu'encore internet puisse à nouveau contrarié tout cela, avec les blogs locaux.
Exemple hier dans ma ville: Une élection municipale était organisée... Les résultats ont été annoncés dans la journée de Dimanche sur des bloGs locaux. La presse écrite (Le Parisien) n'a donné l'info sur son site que tardivement dans la journée et dans son édition écrite de ce matin (lundi).

Une course au direct, à l'info...

Alors, il nous restera toujours une presse également spécialisée ou alors avec des reportages de fond...

Mais je crois qu'il faut se faire une raison, le numérique (TV et Net), risque de l'emporter sur l'information presse écrite/papier.

Mais pour conclusion, internet TUE beaucoup de choses. De formation touristique, je peux t'assurer que les agences de voyage ayant boutique sur rue, disparaissent au fur et à mesure face aux mastodontes d'internet proposant la resa d'un voyage 24/24...

100driiine 19/03/2012 10:35

Tu m'as mis l'eau à la bouche avec ce documentaire, j'ai trop envie de le voir... Tu sais s'il est disponible quelque part ?

Pour ma part, je suis sûre que les journaux ont subi de gros chocs avec l'arrivée du web, et c'est dommage car le papier a quelque chose de différent, c'est de la matière, on peut l'emporter avec nous... mais ils nous ont mis l'ipad dans les mains, et hop une nouvelle lutte s'impose le web + la mobilité.
Décidément je ne sais pas ce que les journaux papier ou mag prévoient pour faire face...

lalydo 19/03/2012 10:30

Je n'ai jamais trop lu la presse en général mais comme pour tous livres, ça me ferait mal tout de même. Nos métiers vont mal, on se demande où est notre avenir...
Sur ces paroles catastrophiques, je te souhaite une belle semaine! Bisous

Ines 19/03/2012 08:30

Un article très intéressant qui porte à réfléchir en effet sur l'avenir de la presse écrite! un avenir qui ne semble pas bien rose en effet pour la presse écrite devant la puissance d'internet et des réseaux sociaux! Pour moi, ce sont 2 formats de diffusion de l'info qui se complètent, ms c'est certain que la presse écrite perd de plus en plus de place et sans doute de lecteur au profit du net. Plusieurs quotidiens accessibles de chez soi, d'un simple clic, gratuit, c'est tentant en effet! mais quand je vois le plaisir que prennent les personnes âgées à aller chercher leur quotidien local, à le lire, à prendre les nouvelles de leur village...c'est pour eux un vrai lien social et leur disparition serait un vrai drame pour ses personnes! A suivre!

Joelle 19/03/2012 07:54

Bonjour MyDiscoveries, Moi, je n'aimerais pas que les journaux disparaissent ! C'est un tel plaisir de feuilleter, de découvrir des petites nouvelles qui paraissent sans importance, de prendre son temps. Et puis, il me semble quand même que les 2 supports se complètent; la presse papier approfondit beaucoup plus les sujets; Internet, c'est la rapidité de l'info. Je crois que c'est la raison pour laquelle tous les grands quotidiens ou hebdos ont maintenant un site en ligne, et c'est aussi pour eux une façon de ne pas disparaître complètement. Paradoxalement, on voit apparaître des revues d'actualité (XXI par exemple) qui traitent de sujets de fond, sans publicité aucune, et qui trouvent un lectorat passionné. Alors que penser vraiment ? Je souhaite de tout coeur que la presse quotidienne papier ne disparaisse pas, mais je crois malgré tout comme vous, que l'avenir n'est pas vraiment très rose pour ce genre de journaux. Et que dire de la presse quotidienne régionale, qui est pourtant un lien pour les habitants des régions françaises ! Je vous souhaite quand même une bonne journée avant votre voyage dans la Grosse Pomme.