La Gifle (The Slap), de Christos Tsiolkas

Publié dans Culture – Livres

Je viens de terminer la lecture de "The Slap", "La Gifle" en version française. Voici mes impressions à chaud sur ce roman fleuve de Christos Tsiolkas qui ne fait pas l'unanimité...


la gifle
Présentation de l'éditeur:

Dans une banlieue de Melbourne, de nos jours. Par une belle fin de journée d'été, famille et amis ont organisé un barbecue: de la nourriture grecque et indienne, du vin et de la bière en quantité, de la musique et des gens de tous les âges. Alors que les enfants entament une partie de cricket, une dispute éclate qui dégénère en bagarre. C'est alors qu'Harry, un adulte, gifle un enfant de quatre ans, Hugo. Cet incident va avoir des répercussions sur un certain nombre de personnes et sur huit en particulier: Hector et Aisha, les organisateurs du barbecue; Harry, le cousin d'Hector, l'auteur de la gifle; Rosie, la mère d'Hugo; Anouk, une quadragénaire qui refuse d'être mère; Manolis, un vieil immigré grec; Connie et Richie, deux adolescents (source: www.amazon.fr).

Biographie de l'auteur:

De parents immigrés grecs, Christos Tsiolkas est né en 1965 à Melbourne où il vit toujours. Romancier, dramaturge et scénariste, il est l'auteur de trois romans, dont "Loaded", porté à l'écran sous le titre "Head on". La consécration lui vient avec "La Gifle", récompensée par de nombreux prix en Australie, dont le prix du Commonwealth, le Miles Franklin Award et le prix de l'Association des libraires australiens. Traduite dans une quinzaine de pays, sélectionnée pour le Man Booker Prize, saluée par une critique internationale unanime, "La Gifle" est le premier roman de Christos Tsiolkas à paraître en France (source: www.amazon.fr).
---

the slap

Mon avis:

Ce roman est comme une étude de moeurs d'une communauté d'immigrés grecs en Australie. On rentre tour à tour dans l'intimité de huit personnages: hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, riches et moins riches, homos et hétéros...

Attention car beaucoup de scènes sont très crues, le vocabulaire peut déranger. Au menu: sexe, drogues et rock'n roll, autrement dit beaucoup de tromperies, de prises de substances illicites, de disputes...mais aussi de bons moments pendant lesquels les protagonistes se sentent plus légers.

Dans ce roman on se rend compte également qu'on juge souvent les gens hâtivement alors que chacun réagit selon sa propre histoire. On découvre que des couples en apparence parfaits sont ébranlés à l'intérieur: mésentente, adultère, alcool, maladie... Le tableau n'est pas des plus réjouissants, et chacun s'en accommode comme il peut.

J'ai aimé "La Gifle", bien que je l'aie trouvé un peu long (il faut dire que je l'ai lu sur plusieurs mois, ça n'aide pas...), mais je ne le recommanderais pas à tout le monde. A vous de voir si ça vous tente, sachez en tout cas que vos avis seront les bienvenus ici! 

---

Vous pouvez aussi retrouver de nombreuses critiques, très partagées, sur le site de lexpress.fr, ou encore l'avis de The Girl Next Door, qui a abandonné en cours de lecture.

Commenter cet article

My Discoveries 19/09/2011 16:16

Tu as raison, il y a mieux à mon avis...

Marjo 03/09/2011 12:07

Bon, je crois que je vais passer mon tour pour celui-ci

Aurélie 30/08/2011 18:08

Noté! Merci!

My Discoveries 29/08/2011 23:39

Ah, la question-piège! ;o)
Je vais te répondre par une pirouette en disant que si je devais te conseiller un livre, ce serait plutôt "Un jour"!!!

Aurélie 29/08/2011 23:07

Et à moi? Tu me le recommandes, vu nos goûts assez similaires?

My Discoveries 29/08/2011 21:54

Coucou Anthony! En effet ça se passe à Melbourne, mais ne t'attends pas à de grandes descriptions de la ville... Bonne lecture!

Anthony 28/08/2011 13:42

Melbourne ? Oh, il faut que le lise !

My Discoveries 26/08/2011 19:40

@ Diane: oui c'est toujours intéressant de lire différents avis, c'est pour ça que j'ai mis le lien vers ton billet ;o) Et je suis d'accord avec toi, quelquefois on aime ou on n'aime pas un roman juste parce que c'était ou ce n'était pas le bon moment pour le lire...

@ Oum: bien sûr, l'auteur parle de la communauté grecque car il en fait partie lui-même, mais ça n'a pas une grande importance. Personnellement le côté cru ne m'a pas dérangée puisque comme je le dis j'ai aimé ce livre, mais je préfère prévenir. Merci pour ton avis et bon week-end Oum!

@ filou49: c'est pour appuyer mon propos (impressions mitigées) que j'ai mis les liens vers d'autres critiques à la fin (Diane, c'est The Girl Next Door): tu verras qu'en effet tout le monde n'est pas convaincu! De quel bord te situeras-tu? Suspense... Bonne lecture, j'attends ton avis ;o)

filou49 25/08/2011 15:09

J'ai été surpris au début de ton article lorsque tu dis que ce livre laisse des impressions mitigées, car pour ma part, je n'avais lu que d'excellentes critiques de ce roman, qui fait partie de ma PAL future, mais le commentaire de diane me montre qu'effectivement, ce livre ne plait pas à tout le monde... lorsque je l'aurais lu je te tiendrais au courant )

Oum 25/08/2011 08:56

Je l'ai lu en Anglais et j'avoue que j'ai ressenti plusieurs claques, à différents endroits dans le livre. Je pense que les origines grecques de quelques uns des personnages n'est qu'un prétexte (vu que l'auteur l'est également). Ca aurait vraiment pu être n'importe qui.
Oui quelques scènes sont crues mais les sentiments le sont tout aussi bien. Bref, j'ai vraiment adoré